Projet PIBien-être

Origine

Le programme gouvernemental 2009-2014 mentionne la création d'un indice composite destiné à mesurer le progrès de la société et du bien-être dans une optique de long terme: Ensemble avec le Conseil supérieur pour un développement durable (CSDD) et le Conseil économique et social (CES), l’Observatoire de la compétitivité développe un indicateur composite du bien-être au-delà de l’indicateur traditionnel du PIB/habitant en vue de la mesure du progrès de la société et du bien-être dans une optique de long terme. Cet indicateur, qui tient compte des développements internationaux en la matière, est mis en place en se basant sur les statistiques et les bases de données officielles fournies par le STATEC. Une vaste consultation de la société civile et des responsables politiques est prévue sous forme de trois ateliers de travail autour des thèmes "réforme du PIB", "qualité de vie" et "durabilité" dans les prochains mois.

Mesurer le progrès et le bien-être

À cet effet, le 1er mars 2010 a eu lieu une première conférence-débat "Vers d’autres mesures de la richesse et du bien-être". Cette conférence s'est tenue dans le cadre de la mission dont le gouvernement a chargé le CES et le CSDD pour trouver des indicateurs alternatifs au PIB permettant de mesurer le progrès et le bien-être. Elle a été organisée conjointement par le CES et le CSDD et s’est adressée à tous les acteurs institutionnels et de la société civile, sensibles au progrès de la société. Un premier atelier de travail intitulé "La réforme du système des comptes nationaux et du PIB" a eu lieu le 19 mai 2010 pour développer un indicateur composite du bien-être au-delà de l’indicateur traditionnel PIB/tête en vue de la mesure du progrès de la société et du bien-être dans une optique de long terme. Le CSDD et le CES ont invité le 2 juin 2010 à la conférence-débat "Avoir plus ou être mieux ou comment mesurer le bonheur?" avec Patrick Viveret, philosophe, conseiller de la Cour des comptes de la République française, auteur du rapport "Reconsidérer la richesse". Cette conférence s’est inscrite dans le cadre de la mission dont le gouvernement a chargé le CSDD et le CES pour développer un indicateur composite du bien-être. Un deuxième atelier de travail intitulé "Vers un développement durable au Luxembourg" a eu lieu le 29 octobre 2010, et un troisième atelier de travail intitulé "Vers une meilleure prise en compte de la qualité de vie" le 11 novembre 2010. Le 9 mars 2011, un rapport technique a été présenté qui constitue un premier document de base qui devra permettre aux deux institutions d'élaborer et de formuler leurs recommandations au gouvernement. Il représente le fruit d’un travail de dialogue et de recherche qui a comporté deux conférences et trois ateliers thématiques largement ouverts à la société civile. Ce rapport technique est téléchargeable sur le site du CES.

Comment va la vie?

Le 18 janvier 2012 a eu lieu au CES une conférence publique "Quelles données pour mieux appréhender l’évolution sociétale et la qualité de vie des citoyens", avec comme oratrice Mme Martine Durand, chef statisticien, directrice à la Direction des statistiques de l’OCDE qui a présenté le rapport de l'OCDE "Comment va la vie". Ce dernier constitue une étape essentielle dans la mesure du progrès au niveau international, en présentant une première réponse et un aboutissement au niveau international, comprenant un ensemble d’indicateurs comparables et détaillés relatifs au bien-être. Le 23 janvier 2012 a eu lieu au CES une conférence-débat avec le Prof. Dr. Ulrich Brand de l’Université de Vienne qui a réalisé une présentation de l’expérience allemande en matière de PIBien-être, et le Prof. Brand a également profité de cette session de travail pour partager quelques commentaires et réflexions sur les travaux luxembourgeois en général et sur le rapport technique PIBien-être en particulier.
En février 2012, la publication d'un deuxième rapport technique a constitué une étape importante pour la mise à disposition d’un outil d’évaluation du bien-être et du progrès au Luxembourg. Il a été rédigé dans l’optique de représenter le pendant luxembourgeois du rapport "Comment va la vie ? Mesurer le bien-être" de l’OCDE, présenté deux ans après le rapport Stiglitz-Sen-Fitoussi, à l’occasion de la conférence "Quelles mesures du bien-être et de la soutenabilité?". Il permet d’analyser, là où l’information est disponible, la situation de la société luxembourgeoise, à partir des critères et indicateurs retenus aussi bien dans le rapport technique que dans le rapport de l’OCDE. Il décrit et souligne également les données et les indicateurs manquants. Ce deuxième rapport technique est téléchargeable sur le site du CES.

Le 22 janvier 2013, le CES a publié un avis qui regroupe des propositions en matière d'indicateurs du bien-être actuel. Au total, le CES a retenu 54 indicateurs répartis sur 11 domaines et a évité le recours à un indicateur composite synthétisant ces 54 indicateurs.

Le 22 novembre 2013, après une large consultation de la société civile et deux rapports techniques, le CES et le CSDD ont rendu public leur avis commun sur le PIBien-être. Répertoriés en 11 catégories (revenu et patrimoine, emploi, logement, santé, équilibre vie professionnelle – vie privée, éducation et compétences, liens sociaux, gouvernance et citoyenneté, environnement, sécurité physique, bien-être subjectif), les 63 indicateurs permettront de disposer de données pour mesurer le bien-être des ménages luxembourgeois.

Le premier rapport PIBien-être

L'unité de recherche du STATEC est en charge du projet PIBien-être. En novembre 2017, le STATEC a publié le premier rapport PIBien-être.

Dernière mise à jour